"On ne choisit pas de parler"

Mon intérêt pour le moment de transition entre le silence et le son, et des retrouvailles avec une amie de longue date dont l'enfant souffre de mutisme sélectif, m'amènent à plonger dans les réflexions et recherches autour de ce problème peu connu. Parmi les textes qui ont retenus mon attention, ce passage, extrait d'un récit de psychothérapie psychodynamique avec un enfant, nommé ici Jérémie, qui a été suivi entre la Grande Section et le CE2 par les auteurs de l'article.

 

J'aime dans ce texte l'affirmation qu'on ne choisit pas de parler, que le mutisme de ces enfants n'est pas une question d'opposition ou de manque de motivation. J'aime aussi la recherche d'un sens au symptôme, ou au-delà de celui-ci dans la construction psychique plus globale de l'enfant.

 

 

Comment penser les mouvements psychiques d’un

enfant qui garde toutes ses facultés langagières avec ses fami-

liers et ne peut s’en servir avec « les étrangers » et tous ceux

qui représentent le milieu social (certains enfants gardent la

capacité de parler à d’autres enfants) ? La question est déjà

loin d’être simple, et si l’on prend en compte le langage inté-

rieur, peut-on faire l’hypothèse que celui-ci est aussi troublé

que la communication de l’enfant ?

Le mutisme n’est pas un choix, Jérémie le dit très bien à

sa mère : « On ne choisit pas de parler. » Nous comprenons

les propos deJérémie comme une véritable difficulté et à parler

et à penser dans certaines circonstances. Son mutisme n’est pas

assimilable à une simple inhibition dans laquelle une pensée,

quelque chose de formulé intérieurement sur le plan langa-

gier, ne serait pas discible par peur d’une réaction surmoïque.

Il nous semble que dans le mutisme il y a défaite du jeu inté-

rieur (au niveau préconscient/conscient) de telle façon qu’il

s’agit pour l’enfant de se défendre d’affects violents envahis-

sant sa psyché et d’échanges relationnels intrusifs. La lutte

est plus radicale.

 

(…) Plutôt que d’osciller entre une scène de jeu dévastée et

une réparation impérative

qui réunit pacifiquement tous les protagonistes, comme il le

fait dans son traitement, Jérémie opère un retrait qui pour

nous se fait au prix d’un clivage du moi. C’est, et en même

temps ça n’est pas : pas dit, pas pensé, pas échangé, ça n’a

pas lieu, silence !

(pp.75-76)

Chapellière, H. & Manela, Y (2003). « On ne choisit pas de parler ». Etude monographique d'un cas de mutisme sélectif. La psychiatrie de l'enfant, 46, 45-78.

DOI : 10.3917/psye.461.0045

Le site de l'association Ouvrir la Voix contient de nombreux documents sur des approches thérapeutiques basées sur l'exposition graduelle aux situations anxiogènes pour l'enfant.

Psychologue et psychothérapeute - Numéro ADELI 639304880 - Numéro SIRET 797 756 020 00021